Comment la crise du Covid-19 a impacté le football ?

Comment la crise du Covid-19 a impacté le football ?

22 mars 2021 Non Par Amélie

La pandémie de coronavirus a eu un effet profond sur toutes sortes d’industries, d’entreprises, d’activités professionnelles et de compétitions sportives. Le football a ressenti la crise de plein fouet, car la plupart des associations de football ont décidé d’interrompre ou de reprogrammer toutes leurs compétitions. Un rapport montre que la Ligue 1 subi à elle seule une perte de près de 900 millions d’euros en revenus de diffusion en raison de la crise du COVID-19.

Si vous ajoutez toutes les autres ligues et pertes à l’équation, vous vous rendrez compte que les organisations et les fans de football ont perdu beaucoup d’argent. Mais comment la pandémie de COVID-19 influence-t-elle et change-t-elle exactement le football ?

Des matchs annulés ou reportés

La première conséquence du COVID-19 sur le football a été une série de matches reportés, voire annulés. Des compétitions nationales à la Ligue des champions, les organisateurs ont été contraints de suspendre des centaines de matches sur tous les continents. Selon les dirigeants du ASSE et de bien d’autres clubs, l’annulation de matchs a eu un impact sérieux sur tous les acteurs de l’écosystème du football, notamment les équipes, les athlètes, les supporters, les médias et des associations entières de football.

Des compétitions entières interrompues ou improvisées

Un autre effet secondaire de la pandémie de coronavirus a sérieusement affecté le football. En effet, le problème du COVID-19 a poussé la FIFA et l’UEFA à réorganiser des ligues et des compétitions entières, y compris les événements les plus importants comme l’EURO 2020 et la Ligue des champions.

C’est la raison pour laquelle l’EURO 2020 a eu lieu dans 11 pays sur tout le continent. Dans le même temps, la Ligue des champions de la saison dernière a été réduite au minimum, juste pour compléter l’événement. Même en 2021, l’UEFA expérimente encore des calendriers afin de contourner les restrictions du COVID-19.

Stades vides ou semi-complets

La situation avec le coronavirus s’est améliorée progressivement, mais elle est encore loin d’être idéale. On peut le voir clairement dans presque tous les stades du monde, car les tribunes sont toujours vides ou semi-combles. La plupart des ligues ne permettent pas que le terrain soit entièrement bondé, car la crainte du coronavirus est encore immense. Mais grâce aux vaccins et autres mesures anti-coronavirus, nous pensons que la situation devrait changer d’ici la fin de la nouvelle saison.

La pandémie de coronavirus a perturbé de nombreux clubs et organisations de football en termes d’opérations financières et de stabilité. Un rapport révèle que même les grands clubs de football disposant de sources de revenus variées ont été confrontés à une pression financière intense. Cela se traduit par des réductions de salaire et des contrats qui n’ont plus grand-chose à voir avec ceux de l’ère pré-coronavirus.

Les paris sur le football se mettent en ligne

Les paris sportifs sont devenus un segment gigantesque de l’écosystème du football, mais le nombre de paris sur place a été réduit au minimum au cours des 18 derniers mois. Aujourd’hui, les plateformes en ligne prennent le relais. D’après les statistiques récentes, de nombreux paris sur le football ont été placés par l’intermédiaire des meilleures applications de paris sportifs du Tennessee et d’autres fournisseurs de jeux en ligne. La tendance est en pleine expansion, et il semble qu’elle ne s’arrêtera pas de sitôt.

Méthodes d’entraînement alternatives

Enfin, nous devons mentionner que des calendriers différents avec plus de matchs joués dans une période de temps relativement courte exigent une méthodologie d’entraînement alternative. Les entraîneurs et les kinésithérapeutes se concentrent désormais davantage sur la tactique et la récupération afin d’éviter les blessures et de garder les joueurs frais et dispos pour les matchs.

Conclusion :

Tous les sports du monde ont lourdement souffert de la pandémie de coronavirus, mais c’est probablement le football qui a le plus souffert, car c’est la discipline la plus populaire et la plus rentable au monde. L’épidémie COVID-19 a changé la donne à bien des égards, qu’il s’agisse des protocoles sanitaires d’avant-match, de la programmation des matches, des plans d’entraînement ou des finances.